UNE DEUXIÈME VIE POUR L’INFORMATIQUE

UNE DEUXIÈME VIE POUR L’INFORMATIQUE

Les technologies de l’information et de la communication jouent un rôle déterminant dans
l’évolution des sociétés. Sur le plan économique, elles sont aussi créatrices d’emplois et offrent de nouvelles opportunités d’activités commerciales ainsi que des gains d’efficacité et de productivité.
Cependant, une partie de la population reste exclue de la société de l’information et de nombreux foyers manquent encore d’un accès aux équipements informatiques.

Chaque année, plus de 2,5 millions d’ordinateurs « amortis » prennent encore le chemin de la déchetterie. L’obsolescence de plus en plus rapide des machines liée aux effets de mode ou aux nouveaux systèmes et logiciels accroît le nombre d’ordinateurs réutilisables mais souvent stockés de manière inutile. Plus de 50 % d’entre eux fonctionnent encore et pourraient être donnés à des personnes qui n’ont pas les moyens d’acquérir des matériels neufs. Aujourd’hui, 60 % des foyers français sont équipés en ordinateurs, et c’est encore trop peu, en comparaison de nos voisins Européens, à l’instar de l’Allemagne et de l’Angleterre, qui affichent un taux d’environ 70 %. Être privé d’un ordinateur connecté c’est être privé d’accès à l’information, à la culture, à l’éducation, aux services publics, donc être exposé à un risque accru de marginalisation.

Pour accélérer l’équipement à bas prix des publics en difficulté économique, la Secrétaire d’État chargée de la prospective, et du développement de l’économie numérique a souhaité soutenir et encourager le déploiement, sous la marque « Ordi 2.01
» d’une filière nationale de collecte, de rénovation et de réemploi des ordinateurs.

La contribution du réemploi des ordinateurs au développement durable et à l’accès de tous aux usages du numérique s’inscrit pleinement dans les objectifs et dans la démarche de gouvernance des politiques publiques européennes. Ainsi, le programme Ordi 2.0 se veut l’une des réponses à l’enjeu essentiel pour nos sociétés que représente l’inclusion numérique. Ce programme s’inscrit également dans le contexte des décisions prises par la Présidence Française de l’Union Européenne, à l’occasion de la Réunion des ministres européens du 30 novembre 2008 sur les politiques d’e-inclusion à Vienne.

En savoir +